L’étude cas que me transmet de Sandrine illustre la façon dont l’EFT permet de remettre en mouvement des émotions enfouies que nous n’avons pas pu, pas su ou pas voulu exprimer au momentoù se sont produits des événements douloureux.
Lorsqu’ils ne sont pas entendus, ces ressentis refoulés se manifestent de diverses façons, jusqu’à des années plus tard, se traduire par des douleurs comme souffre Albertine, la cliente de Sandrine.

Albertine, une femme de 81 ans, souffre de diverses douleurs, des douleurs ressenties dans la journée et qui perturbent fortement ses nuits. Cela dure depuis de très nombreuses années. Au début, elle n’en a pas fait cas. Puis, ces douleurs sont devenues tellement courantes qu’elle s’est décidée à passer (et repasser) des examens médicaux, à chaque fois le même diagnostic : rien.

Des médecins lui ont suggéré que ces douleurs pouvaient être d’origine psychosomatique.

Je m’informe sur ses douleurs et ses ressentis physiques, à quel endroit, elle ressent ces douleurs ?  Elle me répond que « les douleurs sont diffuses ». Je lui demande « Si vous deviez en identifier une aujourd’hui, peut-être plus forte que les autres, ou plus présente,  quelle serait-elle ? ». Mais il lui est difficile de sortir de ces sensations « diffuses ». C’est donc avec cela que nous commençons et tandis que nous tapotons sur « ces douleurs diffuses », « je ne sais pas trop où »… une zone se rappelle à son attention, plus particulièrement. Nous nous centrons sur cet endroit de son corps et nous tapotons sur les sensations qu’elle décrit à cet endroit-là.

Le « petit mieux » qu’elle peut voir est bien léger. Je continue l’investigation « depuis quand  souffrez-vous? », « vous vous souvenez de la première fois où vous avez ressenti ça ? ».  Elle reste silencieuse. C’est alors que je lui demande :

« Qu’est-ce que ces douleurs vous empêchent de faire ? »

Rapidement, des émotions remontent. Elle dit « Je dois souffrir ».

Je lui demande de me préciser ce qu’elle entend par là et d’où lui vient cette idée: « Mon mari est mort d’un cancer à 40 ans, il a énormément souffert et je n’ai rien pu faire pour l’aider». Elle se met à pleurer.

Il n’y a pas besoin de la replonger dans ces souvenirs difficiles, ils sont bien présents. Je lui demande alors : « Quand vous me parlez de la mort de votre mari, quelle est la pire des images qui vous revient, qui s’impose à vous ? », Elle me répond sans hésiter : « Je le revois à l’hôpital, sur le lit, les traits de souffrance sur son visage. J’ai souhaité sa mort, je ne pouvais rien faire pour alléger ses souffrances. J’ai tellement honte d’avoir souhaité sa mort ». Elle pleure, culpabilise 40 ans plus tard d’avoir eu cette pensée. Elle ne l’avait jamais dit. 

« Vous parlez de honte… allez voir ce qui se passe à l’intérieur de vous quand vous avez ce sentiment, cette émotion? ». Elle répète seulement « je ne pouvais rien faire ». C’est cette phrase que nous prenons pendant qu’elle se centre sur cette sensation difficile. D’autres  images de ce moment remontent, l’une après l’autre… Nous tapotons sur chacune d’elles. Progressivement, elle ressent un apaisement, comme une libération.

Comme elle était venue pour des douleurs, je lui demande si elle ressent encore un endroit douloureux dans son corps ou peut-être dans la zone qu’elle m’avait indiquée précédemment. Mais visiblement, ce n’est plus d’actualité. Comme notre séance a déjà été un peu longue, je lui propose qu’on se revoie.

 Albertine revient trois semaines plus tard. Immédiatement, je vois son visage plus ouvert, lumineux, rayonnant. Elle m’annonce : « Depuis la séance, ma vie a changé à 100%, je n’ai plus de douleurs ! J’ai retrouvé de l’envie et de l’entrain. Mon entourage ne me reconnaît pas ». Afin de valider ce qu’elle me dit je la provoque un peu : « Plus du tout de douleur ? », « Vraiment ?».  Elle confirme, avec un grand sourire. 

Sandrine MOREAU
Toulouse – 06 20 35 42 63
www.sophrologie31.net

Si vous partagez ce témoignage, merci de citer vos sources:
Johanne Desterel, Praticienne et formatrice EFT, Zensight.
courriel :
 
jod470@orange.fr,  site : https://johannedesterel.com